Gestion d’un bizutage

Et si un bizutage a tout de même lieu…

Lorsque un chef d’établissement est confronté à un bizutage, il convient de prendre certaines dispositions :

  • Apporter son soutien aux victimes, les écouter, les protéger afin qu’elles puissent poursuivre leurs études dans l’établissement en toute sécurité.
  • Organiser rapidement un conseil de discipline pour sanctionner les auteurs des faits. Les sanctions doivent être dissuasives pour ne pas entendre : « avant le conseil de discipline ils avaient peur, après ils « rigolaient » » (paroles de témoin).
    La sanction prise par le conseil de discipline a valeur d’exemple car elle intervient rapidement. La plupart du temps ce n’est pas le cas d’une plainte. Le procès peut intervenir des années plus tard et les condamnations sont souvent dérisoire qd la plainte n’est pas classée sans suite.

Attention

Les auteurs des faits viendront parfois au conseil de discipline accompagnés de leur avocat qui saura, avec des arguments plus percutants que les vôtres, ranger du côté des bizuteurs les personnes chargées de prononcer la sanction et qui iront jusqu’à mettre en doute la parole des victimes, et les traiter de menteurs.

Nous en avons des exemples.

Une sanction nécessaire

Est-il plus grave de laisser une victime renoncer à ses études ou à son projet professionnel ou de sanctionner sévèrement un ou plusieurs bizuteurs ?

La victime a besoin d’obtenir réparation pour se reconstruire.

La prévention est indispensable, la signature d’une charte de bonne conduite aussi mais si le bizutage a tout de même eu lieu seule une réflexion avec les élèves et étudiants permettra une prise de conscience de la gravité des faits pour les victimes et de la justesse des sanctions.

Certains établissements d’enseignement supérieur ont déjà mis en place un “comité d’éthique” pour comprendre la signification du vivre ensemble : respect de soi, de l’autre, tolérance, esprit critique… indispensable pour de futurs leaders qui auront des responsabilités dans le monde professionnel.
Le bizutage prépare au harcèlement dans l’entreprise.

« La fin des pratiques de bizutage est l’affaire de tous. Seule la fermeté alliée à la sensibilisation et à l’accompagnement nous permettront de protéger les étudiants. »

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation